LES FRENCH J-MUSIC AWARDS, ENTRE HYPOCRISIE ET SCHIZOPHRÉNIE (4/5)

Publié le 21 Avril 2011

Previously, on Le Blog Pour Râler : Les French J-Music Awards, entre Hypocrisie et Schizophrénie (3/5)

 

Mais dans tout ça, vous devez vous demander pourquoi je parle d’hypocrisie dans le titre, car jusqu’à présent, ce n’est pas trop flagrant. Et bien on y arrive.

« Par rapport à l’an dernier, la moyenne d’âge des votants a perdu 4 ans, plafonnant à 17 ans et demi. C’est tout bonnement incroyable ! Le profil du fan de Jpop moyen aujourd’hui, auquel correspondent plus de 50% des votants, c’est celui de la jeune collégienne ou lycéenne de 15/16 ans »

On peut d’emblée s’interroger sur la représentativité de ce sondage. Pour que la moyenne d’âge baisse aussi drastiquement en à peine un an, c’est que le profil des votants a considérablement évolué. Dès lors, faire des statistiques sur l’évolution du public d’année en année me semble être plus que bancal.

Mais ce qui gène le plus ces analystes, et qui n’osent pas, probablement d’effroi, avouer, ce sont les spécificités de ce public… A 17 ans ½, on a pas beaucoup de moyens, on est encore très dépendants de papa/maman, et même si Internet facilite pas mal les choses… C’est tout de même bien plus facile, rapide, et si peu cher de télécharger illégalement, que de faire venir ses CD depuis le Japon.

Et oui, le public qui a voté en majorité, c’est typiquement celui que l’on retrouve sur des sites comme nautiljon.com. Et ça n’est pas engageant quant aux perspectives de ventes pour les professionnels du secteur. Mais ça, on ne va pas le dire, hein, même si tout le monde le sait… Parce que, à cet âge-là, le concept de « pas de licence en France, j’ai le droit de le télécharger », ben c’est très pratique ^^ (je le rappelle au passage, c’est totalement faux).

Comparativement, sur Nolife, les dernières mesures d’audience réalisées par un organisme indépendant (Mediametrie), auprès d’un panel fiable et représentatif, montre que le cœur de cible de la chaine, ce sont les 25-34 ans. Pas franchement le même public que celui qui a voté à ces French J-Music Awards donc. Ce qui au passage remet pas mal en cause l’influence qu’aurait Nolife sur les votants, telle que nous la vente Orient-Extrême.

Mais pour en revenir au votant moyen, âgé donc de 17 ans ½ : « Sans vouloir jeter la pierre à ce public, il est clair que ça ne m’intéresse pas d’écrire pour lui, pas plus qu’il ne serait intéressé par ce que j’ai à dire d’ailleurs. » Oui oui, c’est écrit ainsi, et noir sur blanc, dans l’analyse faite par l’organisateur des French J-Music Awards.

J’aurais 17 ans ½ aujourd’hui, je le prendrais très mal. Vive les préjugés, là on est quasiment dans la discrimination.

Bref, d’un côté, ces analyses regrettent que le public soit livré à lui-même, car soi-disant incapable de se forger une opinion sur la qualité des œuvres, mais de l’autre, visiblement personne ne voudra l’aider, il est jeune, il est con, il n’a qu’à se démerder tout seul. Hypocrisie et schizophrénie, CQFD.

J’approche de la fin, mais je voudrais donc aborder le rôle des médias audiovisuels dans tout ça. L’avis d’Orient-Extrême est très tranché sur le sujet, je ne reviendrai pas dessus. Mais je constate également la mauvaise foi qui transparaît dans l’analyse réalisée par le blog J-Pop. Car dans celle-ci, jamais Nolife n’est citée pour son rôle dans le développement de la J-Music en France. Pour Shito, tout le mérite revient à JapanFM :

« La force de frappe de JapanFM est incontestablement devenue très importante en l’espace de seulement un an, et on ne peut qu’espérer que Togen, Nunya et les autres auront la bonne idée de se servir de cela pour élargir un peu la culture et la curiosité de leur cible en continuant à diversifier leur programmation pour élever progressivement les standards de qualité. Keep up the good work, guys ! »

JapanFM s’est officiellement lancée le 1er janvier 2010. Cela fera bientôt 4 ans que Nolife diffuse de la J-Music. Et surtout, contrairement à ce que l’habillage sonore de JapanFM prétend, jamais Nolife n’a seulement osé se déclarer « 1er sur la J-Music », et autres formules choc du genre.

Le relationnel réalisé par Nolife avec les labels japonais commence à porter ses fruits, il s’agit d’un rapport de confiance, qui s’est patiemment construit durant ces nombreux mois. C’est certainement parce qu’à Nolife, on a fait le choix de respecter les exigences des maisons de disques, et nous n’avons jamais diffusé un artiste à l’antenne pour lequel nous n’avions préalablement pas eu l’autorisation de le faire.

Et les résultats d’audience sont là, Nolife obtient une audience mensuelle cumulée de plus d’1 million de téléspectateurs, et se classe comme la première chaîne musicale sur les 15-34 ans. Pourtant, d’après Shito « le public qui écoute au moins de temps en temps de la J-music en France, il se chiffre en milliers, tout au plus avec une dizaine devant » (en se contredisant lui-même juste derrière au passage, pour étayer son argumentaire, c’est drôle : « y a 21.000 fans chez JapanFM ». Il y aurait donc des fans de JapanFM qui n’écouteraient pas de J-Music ? Je ne sais toujours pas où on signe pour se faire interner :)

Alors, à côté de ça, diffuser toute la J-Music sur une webradio, c’est très simple et légal (bien que je suis curieux de savoir quel genre de contrat peut avoir JapanFM avec la Sacem). Mais est-ce que cela fait vraiment avancer la J-Music en France ? Diffuser les artistes que les français attendent, c’est bien, mais si ça n’ouvre pas de perspectives très concrètes sur le futur, ça reste plus opportuniste qu’autre chose.

Ceci dit, je leur souhaite bon courage, d’autres s’y sont cassés les dents auparavant (radio Nozomi pour ne pas la citer). Mais si d’aventure, ils comptent vraiment arriver sur la bande FM (voir sur la future RNT, si elle voit le jour), entre autorisations du CSA et quotas d’œuvres françaises à respecter, ce sera un autre braquet.

 

(Suite et fin demain)

Rédigé par Zed

Publié dans #Râlages médiatiques

Commenter cet article

kindaichi 24/07/2011 12:17


Ah, c'est moi qu'il faut accuser pour premièrement, la hausse du nombre de votants et deuxièmement, la baisse de la moyenne d'âge des votants : oui, c'est moi qui ait fait une news sur
nautiljon.com pour inciter les gens à voter :p

Ce que je ne comprends pas, c'est pourquoi Nolife n'est jamais cité quand il le fallait. Que la programmation musicale ne correspond toujours pas à ses goûts, soit (quoique quand même avec plus de
1500 clips, je pense qu'il faut douter, en plus, c'est un fan d'ONE OK ROCK d'après son blog), que toute la musique japonaise ne soit pas représenté, bah, la perfection n'est pas de ce monde mais
je trouve ça dommage qu'il ne soit pas sensible à la progression de la programmation musicale de la chaine, d'autant plus qu'il a été rédacteur en chef d'un excellent site sur la J-Music, il est
quand même censé comprendre les difficultés que vous pouvez rencontrer avec les grands labels.

Ce qui est regrettable, c'est que ce genre de personnes se prennent carrément pour l'élite de la J-Music (et encore Shito est modéré dans ses propos, il y a largement pire que lui). Ça exhibe ses
goûts mais ça dénigre les autres. Avec ce genre de mentalité (hypocrisie et schizophrénie comme tu le dis), on ne va pas aller bien loin.

Concernant JapanFM, je suis fan de leur page Facebook mais je n'écoute quasiment jamais (c'est grave, docteur ?), il y a peut-être des gens dans ce cas.

Enfin, bon, on ne va pas que lui jeter des cailloux : dans l'édition 2009, il avait cité Nolife (Uplift Spice était bien classé dans une des catégories).


Zed 24/07/2011 12:36



Ben c'est tout le problème : quand une personne propose une analyse, mais ne se montre pas objective dans celle-ci, forcément...


Je pense que Shito n'aime pas vraiment la manière dont on traite la J-Music sur Nolife, et de ce fait décide de passer totalement sous silence notre travail...