LES QUOTAS ~TRIBUTE TO MAX PÉCAS~ (2/3)

Publié le 5 Décembre 2010

Previously on Le Blog Pour Râler : Les Quotas ~Tribute to Max Pécas~ (1/3)

 

Vous vous doutez bien donc des difficultés que l’on peut rencontrer à Nolife au quotidien, orientée culture japonaise, mais qui doit tout de même respecter cette loi. Et comme trop souvent en France, on loge tout le monde à la même enseigne, c'est-à-dire que les chaines et radios les plus mainstream sont tenues de respecter grosso-modo les mêmes obligations.

On a tout de même le droit à quelques aménagements, mais qui sont limités dans le temps. Ainsi, par exemple, cette année, Nolife peut diffuser jusqu’à 41% d’œuvres audiovisuelles étrangères (au lieu de 40%). Mais cette tolérance, qui était plus ample à la création de la chaîne, décroit d’année en année comme prévu dans la convention signée avec le CSA, et prendra fin en 2011.

Soit dit en passant, une chose qui je pense est bonne à rappeler : si en France, les clips sont respectés et considérés comme des œuvres audiovisuelles, au Japon, ils sont nommés à juste titre PV, pour Promotional Video. Oui, ils servent juste à faire la promotion des artistes, afin de vous inciter à acheter leurs CDs. Un élément supplémentaire à intégrer, même si cette différence culturelle est difficile à saisir dans nos contrées. Chez nous, les artistes font de l’art, l’aspect commercial passe évidemment au second plan (hypocrisie powa !).

Mais revenons-en à la loi. De tels quotas sont au fond relativement aisés à respecter : il suffirait de bourrer la grille d’œuvres audiovisuelles françaises à des heures plus ou moins indues (la nuit), et de proposer au public ce qu’il veut entendre quand il le veut.

Pour lutter contre cette pratique, il est également prévu « les heures de grande écoute », une fourchette horaire quotidienne, pendant laquelle le public est censé être le plus nombreux. Et pendant ces heures, les pourcentages mentionnés précédemment doivent également être respectés.

Pour Nolife, cette fourchette horaire a lieu chaque jour de 17h30 à 23h, et le mercredi dès 14h (jour des enfants, tout ça).

La question est surtout de savoir si tout cela propulse les artistes français, et nous permet de découvrir de nouveaux talents… Personnellement, je n’ai pas la sensation en écoutant sur les radios les mêmes titres qui tournent en boucle, que ce soit très efficace. Minimum de risques, pour une perte d’audience minimum. Car c’est bien là le problème : certains artistes se reposent sur la loi pour s’assurer un minimum de passages et ainsi de revenus, sans trop stimuler leur créativité. Et oui, les groupes anglais et américains sont plus inventifs et plus populaires, mais au lieu d’essayer de conquérir le public en faisant de même en France, on préfère faire passer une loi à l’assemblée… Sans commentaire.

Moi, j'apparente ça à du protectionnisme culturel. Si on appliquait les mêmes règles dans l'économie, ça reviendrait à vous imposer en faisant vos courses à acheter au minimum 40% de produits purement français... Bref tout le monde trouverait ça scandaleux !

 

(Suite et fin demain)

Rédigé par Zed

Publié dans #Râlages médiatiques

Commenter cet article