RÉFLECTIONS

Publié le 20 Février 2011

Et oui, ça faisait un bout de temps que je n’avais pas posté, hein ^^ En fait beaucoup de choses se passent actuellement dans ma vie, bonnes et mauvaises, et combiné au fait que je n’avais plus trop de sujets de râlages, j’ai préféré fermer ma gueule (conseil que je pourrais tout autant adresser à d’autres bloggeurs, hum).

Pour ce nouveau billet, j’en reviens à un thème qui m’est cher, les transports en communs franciliens (et je vous préviens, d’autres billets sur le sujet sont à suivre très prochainement).

Et je me suis posé une question : est-il vraiment profitable à tout le monde que la situation s’améliore ? Je m’explique : les problèmes sont multiples, mais est-ce vraiment dans l’intérêt du STIF, de la RATP et de la SNCF de changer les choses ?

Bien sûr, publiquement, la bouche en cœur, ils l’affirmeront haut et fort, pour satisfaire les usagers et les râleurs dans mon genre.

Cependant une petite analyse des choses s’impose. Dans l’état actuel, beaucoup de problèmes occasionnant des retards, et des conditions de voyage loin du top.

Imaginons maintenant un monde idéal dans lequel il n’y aurait aucun problème, et tous les trains seraient à l’heure. C’est théoriquement ce vers quoi tout le monde doit tendre. Dès lors, que se passerait-il ?

Et bien une partie des franciliens qui ont abandonné les transports en commun pour leur voiture ou leur moto, décideraient peut-être de les réemprunter à nouveau. Car d’un point de vue purement financier, ça reste de toute façon plus rentable. Dès lors, ça amènerait encore d’avantage de monde sur les réseaux, et quand on voit (par exemple) le RER A qui est déjà bien rempli actuellement, on imagine mal où pourront voyager ces usagers supplémentaires.

Deuxième point, l’aspect financier. Alors que la situation actuellement est décriée de toute part, une bonne partie des usagers continue de payer son titre de transport (et j’en fais parti). Et ce, quelques soient les conditions de transport. Situation unique : connaissez-vous beaucoup d’entreprises dans lesquelles, quelque soit le service rendu, les clients payent aveuglément ? Et pire, si ledit service n’est pas correctement rendu, et bien cela n’ouvre droit à aucune compensation, aucun geste commercial ? Moi non…

Dès lors, j’en reviens à ce que je disais précédemment : où est l’intérêt pour le STIF, la RATP et la SNCF de changer les choses ? Si certains lecteurs ont des réponses à apporter, je suis preneur…

Rédigé par Zed

Publié dans #Râlages en commun

Commenter cet article