RETRAITES AUX LAMBEAUX (1/2)

Publié le 2 Octobre 2010

En guise de premier vrai billet, attaquons par un sujet brûlant : la réforme des retraites (yeah, wéééééé, trop bien, youpilol tout ça). En plus aujourd'hui c'est une journée de mobilisation en France, comme ça on a trop l'impression que je suis à la pointe de l'actu !

 

Si j'ai bien suivi, la mesure phare de la réforme actuelle consiste à décaler l'âge légal de départ en retraite de 60 ans à 62 ans.

 

Au fond, on peut tout à fait comprendre la logique d'une telle mesure, si impopulaire soit-elle : on vit mieux qu'auparavant, il paraît donc logique de décaler de 2 ans cet âge, et ce alors que l'espérance de vie ne cesse de croître.

 

Pause. Si vous cessez la lecture après ces premières lignes, vous aurez vite fait de cataloguer ce blog comme étant de droite. Je le dis de suite, globalement, je ne compte pas donner de tendance politique à mes propos, mais ça ne m'empêchera pas de parler politique, et le cas échéant, de prendre position pour un camp ou un autre.

 

Car oui, je vais développer par la suite deux points (et demi) qui me semblent essentiels sur le sujet. Et en l'occurrence, ça ne va pas être beau pour la gauche.

 

Déjà, le demi-point, car ce n'est pas l'objet de ce billet, même si on ne peut l'ignorer : les régimes spéciaux. Ben oui, au moment où l'on essaye de nous convaincre qu'il faudra prendre sa retraite plus tard, il est assez aberrant de voir qu'il existe certains métiers et certaines corporations qui partent encore en retraite à 55 ans, ou même 50 ans. Les choses seraient déjà beaucoup plus équitables, et la cohésion serait d'autant plus forte, si tout le monde était à égalité.

 

Donc pour le moment, le volet « pénibilité » est totalement déséquilibré, puisque certains bénéficient déjà de départs anticipés, sans même que la question de la sévérité des travaux réalisés se soit posée. Je regardais encore le JT tout à l'heure, dans lequel on nous proposait le témoignage d'un facteur qui dénonçait cette réforme, estimant son métier comme « pénible ». Euh, stop ! Si facteur est un métier pénible, il va y avoir aussi un paquet de métiers qui pourront être considérés ainsi. Il faudrait peut-être se monter un peu objectif sur la question, hein...

 

Poursuivons par un important crochet historique. En effet, le problème du financement des retraites n'est pas nouveau. Le fonctionnement est le suivant : la génération « active » paye pour la génération qui l'a précédée. Oui, mais ça, ça ne fonctionne que si les deux populations restent globalement stables. Or, juste après la seconde guerre mondiale, il y a eu le baby boom (mais si, souvenez-vous de vos cours d'Histoire). Donc, les données démographiques aidant, on a su il y a très longtemps que cet afflux de naissances donnerait tôt ou tard un afflux de retraités.

 

Si nous avions eu à ce moment là des gouvernements capables de prévoir des choses sur le long terme, on ne serait pas confronté à ce problème maintenant. Ou en tout cas il serait bien moins conséquent qu'il n'est présenté actuellement. Et bien non seulement personne n'a été capable ou n'a voulu s'occuper de ça, mais pire, on a précipité les choses dans le sens inverse !

 

(À SUIVRE DEMAIN...)

 

(Ouais parce que je fais des cliffhangers même sur les retraites :p)

Rédigé par Zed

Publié dans #Râlages du jour

Commenter cet article

Samy_fit 05/10/2010 00:45


Yep, je n'avais pas encore lu la 2ème partie, c'est pour ça. ^^
Par contre, si je ne remets pas en cause le fait que la gauche ait trompé les gens en tenant une promesse sans en assurer le financement; je trouve tout aussi condamnable l'attitude actuelle qui
sous couvert de sauver le système (après l'avoir plombé au préalable) tend à le rendre plus inégal et à en faire porter toute la charge sur les salariés alors même que les plus riches se voient
accorder des myriades de cadeaux fiscaux avec au 1er rang des heureux élus les plus méritant (c'est à dire ceux qui ont eu le mérite de faire le plus de lèche et de graisser la patte du p'tit
Nicolas qui maintenant qu'il est dans la cour des grands se croit... grand).
Bref, je râle parce que j'aime pas qu'on me prenne pour un con. :colere:


Samy_fit 04/10/2010 11:47


Petite faute: "Il faudrait peut-être se monter un peu objectif sur la question, hein..." au lieu de "Il faudrait peut-être se montrer un peu objectif sur la question, hein..." (enfin, je pense
:normal:)

Enfin, à la lecture de cette 1ère partie, je ne vois pas vraiment ce qu'il y a de plus méchant à l'égard de la gauche que de la droite puisque les deux ont été aux responsabilités les 30 dernières
années et les deux ont faillis.
Ce qui m'agace le plus, c'est qu'on essaye de prendre les gens pour des cons avec ces réformes. C'est toujours le même scénario. Sarko & co tentent de se faire passés pour de grands chevaliers
blanc en disant qu'ils ont abolis les régimes spéciaux alors que la réforme n'est pas si rentable que ça (http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=6577) et là c'est toujours le même disque: on
sauve le système et on fait des efforts sur la pénibilité dans le but de faire passer la pilule à la France d'en bas alors qu'en vrai le résultat final sera encore un accroissement des inégalités.
Sans compter que le déficit est creusé artificiellement par la conjoncture actuelle et la politique fiscale du gouvernement (http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=3040). La démographie est
loin d'être la seule raison et ce n'est pas ce qui motive la réforme particulièrement injuste qui vient d'être votée (dans un dénie de démocratie à l'assemblée nationale).


Zed 04/10/2010 23:03



Ah mais bien sûr, il n'y a pas qu'une seule raison, mais j'avais besoin d'exposer ça pour montrer à quel point c'était débile. Et donc si, je tape plus sur la gauche que sur la droite, puisque
j'ose dire que passer de 65 à 60 ans en 1983 était électoraliste.



Linsky 04/10/2010 00:04


je crois qu'on a tous rever de passer ses journées à l'Assemblée Nationale plutôt que d'aller bosser (ou même d'aller à l'ecole quand on etais môme ^^)

il y a des manques à gagner mais tout le monde le verra à certains endroits.
en ce moment c'est la Retraite, prochainement ça sera sur la Secu (encore) et ect.


Linsky 03/10/2010 15:57


on oublie trop souvent de noter que la productivité a enormement augmenté ces dernieres années..
il me parait tout de même incoherent qu'avec un :
bilan + de productivité = economie de marché fructueuse = repoussage de la limite de retraite.

ils peuvent parler d'un remboursement de dette autant qu'ils veulent, ce n'est pas aux citoyens (plus productif qu'auparavant) que ça devrait en incomber, bien au contraire.
revoyons plutôt certains budget de l'etat, et repoussons l'age legal des retraites de Ministres puisqu'ils ont bien plus d'avantage que le facteur par exemple.

(ce blog est de droite :p)


Zed 03/10/2010 17:32



Oui, mais le financement des retraites est une somme qui est prise sur les salaires, et ça n'a donc pas de lien avec la productivité. Tu fais peut-être plus maintenant en 35h qu'auparavant, mais
en attendant, tu es toujours payé pour 35h et la part prélevée pour les retraites est sensiblement la même.


Quant à la question de la dette, même si ça se tient, jamais un politique dira que le recul de l'âge légal permet de rembourser la dette.


 


Mais après, je suis d'accord avec toi sur les budgets de l'Etat (faudra que j'en parle d'ailleurs) et sur les ministres (voir les politiques en général), bien que cela serait bénéfique dans les 2
sens (qu'ils partent plus tard, mais pas trop tard, parce que quand tu vois l'Assemblée Nationale, on se demande si ce sont ces gens qui gèrent le pays ou bien si on est dans une maison de
retraite).