RETRAITES AUX LAMBEAUX (2/2)

Publié le 3 Octobre 2010

Previously on Le Blog Pour Râler : Retraites aux lambeaux (1/2)

 

1981. François Mitterrand est élu Président de la République. Parmi ses promesses de campagne, l'on trouve l'abaissement de l'âge de départ en retraite de 65 à 60 ans, qui sera effectif en 1983. Et non, vous ne rêvez pas ! En 1981, on avait pleinement conscience du baby boom, la génération concernée étant alors pleinement dans la vie active. Et pourtant, ça n'empêche pas Mitterrand de se faire élire sur une promesse pareille. Il sait pourtant que ça posera des problèmes plus tard... Purement électoraliste, non ?

 

Mais ça n'est pas tout. Avant 1983, la retraite était donc à 65 ans. Et tout le monde s'en accoutumait, malgré une espérance de vie plus faible qu'elle ne l'est actuellement. Et donc, aujourd'hui, près de 30 ans plus tard, repousser cet âge serait donc inimaginable ? J'entends déjà l'argument de l'acquis social accourir avec ses gros sabots. D'accord, mais soyons lucides un instant : partir à 60 ans, mais avec une retraite vraiment ridicule, pour au final terminer sous les ponts ? Quelle perspective réjouissante...

 

Car à part dénoncer cette réforme, que propose le gauche ? Et bien on ne sait pas trop, à part certainement taxer un peu plus ce qu'il est possible de taxer. Mais surtout, la gauche est bien emmerdée, parce que maintenant que tonton Mitterrand n'est plus là (et même s'il était toujours là), toucher à l'âge de la retraite reviendrait clairement à dénigrer l'héritage du seul président de gauche que la Vème République ait compté. Et donc qu'a fait la gauche depuis pour tenter d'apporter une solution à ce problème ? Et bien... rien. Elle a attendu que ça se passe et que d'autres décident de s'attaquer au problème pour s'indigner.

 

Dernier point, et peut-être celui qui m'amène vraiment à m'interroger sur tout ce qui se passe actuellement : j'ai de plus en plus la sensation que l'on se trompe de débat en se focalisant sur l'âge de départ. Car, au fond, ce qui compte, n'est-ce pas le nombre d'annuités de cotisation, qui détermine au final le signal du départ en retraite ? Certains objecteront, à raison, que l'on peut toujours s'arrêter sans avoir fait toutes ses annuités, une décote s'appliquant alors sur la pension. Mais vu que ladite pension risque déjà de ne pas être mirobolante, si en plus elle se trouve être minorée, je ne suis pas sûr que ça enchante grand monde.

 

Donc, pour pouvoir bénéficier pleinement de sa pension, il faudra bientôt avoir cotisé pendant 41 ans, et certainement à plus ou moins long terme, 42 ans. Et donc, vous aurez vite fait le calcul, à part les personnes qui auront commencé à travailler jeune (avant 19 ans), tous les autres ne partiront probablement pas en retraite à 60 ans pétantes.

 

À cela s'ajoute le fait bien connu que la durée des études s'allonge avant l'entrée dans la vie active. Bac + 2, bac + 3... Les jeunes arrivent globalement de plus en plus tard sur le marché du travail. Là encore faites le calcul, et vous comprendrez vite que ça ne marche définitivement pas.

 

Enfin, n'oublions pas qu'au jour d'aujourd'hui, en Europe, la France est le pays dans lequel l'âge de départ en retraite est le plus faible. Ça devrait faire réfléchir pas mal de monde, non ? (ou pour certains conduire à la conclusion hâtive que nos voisins sont décidément tous idiots de travailler si longtemps).

 

Pour conclure, j'aimerais amorcer une réflexion sur le très long terme. Projetons-nous dans 20, 30, voir 40 ans. La génération du baby boom ne sera alors probablement plus de ce monde. Si je ne me trompe pas, on devrait assister progressivement à un certain rééquilibrage entre le nombre d'actifs, et le nombre de retraités. Le système de financement actuel, si il est toujours d'actualité, pourrait donc fonctionner, non ?

Rédigé par Zed

Publié dans #Râlages du jour

Commenter cet article

Kaya 08/10/2010 12:20


A noter d'un détail important sur le coté choquant de la réforme: les congé maternités d'une femme ne compteront plus dans ses annuités.

Ou l'art de faire d'un pays à la natalité trop faible.... un pays à la natalité encore plus faible.


Zed 08/10/2010 23:08



Ah oui ? Putain je savais pas, c'est vraiment dégueulasse Oo'


Mais bon, par contre, question natalité, on s'en sort pas mal, puisqu'en 2009 on était à plus de 2 enfants par femme.



Sarx 07/10/2010 15:22


@Samy_fit : Si bien sur, je me sens concerné, mais pas plus que ça. Sinon je n’aurai probablement même pas pris la peine de faire une réponse au post de Zed ;)

« 66 ans ou 65, voila quoi. Et puis c’est loin tout ça… »
Même si j’ai un minimum d’engagement politique, et que je suis plus assimilable à un sale gauchiste qu’a un jeune cadre dynamique membre des jeunesses de l’UMP, je me sens moins impliqué qu’avec
des lois comme l’Hadopi, la Loppsi (voir même la Dadvsi) ou le CPE il y a quelques années…

Et aussi du fait que je n’arrive pas à me faire un avis tranché sur la question.
Je pense que la situation actuelle n’est plus viable, nécessite une réforme, mais je trouve la proposition de l’UMP lamentable (en particulier pour de probables impacts négatifs concernant le
chômage des seniors, mais aussi indirectement sur le chômage des jeunes), et les propositions de l’opposition ne sont pas forcement meilleur ou plus viable…


Samy_fit 05/10/2010 01:22


@Sarx: Te sentir concerné tu devrais car sans la réforme actuelle tu pourrais partir à la retraite à 65 ans sans décote (contre 67 maintenant s'il on a pas toutes ses annuités). M'enfin, le système
aura encore bien le temps de changer d'ici là...


Sarx 04/10/2010 15:37


Je suis plutôt d’accord avec toi, sur le fait que de plus en plus de jeunes commencent à travailler tard.
Là où il ya une 30aine d’année, on pouvait trouver un boulot avec simplement le bac, et commencer le travail à 18ans (voir moins dans le cas de l’apprentissage, c’est peut être aussi pour ça que la
gauche avait décidé de baisser l’âge l’égale à l’époque), actuellement je pense que la tendance majoritaire est aux études plus ou moins longues.
Je ne connais pas l’âge moyen d’entrée dans la vie active, mais on doit avoir dépassé les 20 ans je pense.
En ajoutant les 42 années de cotisation, la plupart des jeunes, sauf régime spécial, ne doivent pas trop se sentir concernés par le repoussement de l’âge légal de départ à 62 ans…

Pour ma part, j’ai signé mon premier CDI à 25ans (allez, 24ans en considérant mes stages Inge), en considérant le fait que j’aurai besoin des 42ans de cotisation, je ne pourrais partir qu’à 67 ans
(ou 66 ans, enfin vers 2047 quoi). Enfin si je ne veux pas avoir une (trop grosse) décote.
Du coup, je me sens que moyennement concerné par cette réforme.

Mais il y a quand même quelque chose qui me gène beaucoup, et dont tu n’en parles pas du tout.
Le taux de « sénior » au chômage est vraiment énorme.
Je n’ai pas le chiffre et je ne voudrais pas dire de connerie, mais c’est loin d’être anecdotique, même si inférieur au taux de chômage chez les jeunes.
Actuellement, une personne qui se retrouve au chômage à 55ans, peut dans le meilleur des cas toucher l’assurance chômage puis bénéficier d’aide comme l’ARE à partir de 57 ans.
Pour ceux qui n’ont pas la chance d’avoir accès a l’assurance chômage ou aux différentes aides en attendant l’âge légal, on s’approche pas mal d’une situation précaire, avec petit boulot en intérim
mal payé et souvent très usant.

Mais si l’âge légal est repoussé, il est probable que l’âge minimum pour les aides comme l’ARE soient décalés d’autant. Du coup ceux qui avaient la chance d’être dans une situation proche d’une «
préretraite » auront également un passage dans une situation plus délicate, pouvant entrainer la précarité. C’est sur, ça met toujours le monde sur un pied d’égalité du coup, enfin avec un bon
nivellement par le bas au passage.

Et ce qui me gène beaucoup avec cette réforme, c'est la réponse du gouvernement sur le problème du chômage des séniors par rapport au repoussement de l'age légal de départ en retraite.
Ils doivent surement croire au père Noël.
Ou ils se foutent ouvertement de notre gueule. Ah non ce n'est pas possible ça...


Zed 04/10/2010 23:04



Effectivement, le chômage des seniors est un problème, puisqu'en France, en dessous de 30 ans on a pas l'expérience, et après 45 ans on est trop vieux...


Mais j'avoue ne pas du tout maitriser ça, donc je préfère pas raconter n'importe quoi à ce sujet.